La Règle du 80/20 et Paléo

Pourquoi appliquer le 80/20 en alimentation? Parce que fanatisme alimentaire veut dire rigidité, restriction, archarnement, facteur anti-social, sorties resto complexes et viabilité à long terme en péril.Le fanatisme alimentaire n’a pas sa place ici.

J’ai décidé d’écrire un article pour clarifier un peu ma position et vision du sujet. Le paléo.

Mes lectures et analyses de bouffe ont fait en sorte que le modèle paléo est, en mon humble opinion, le plus près de ce que la vie a prévu pour nous.  En plus, ça me permet de ne plus avoir faim entre les repas.  Mais, cela ne veut pas dire qu’il est impossible d’être en santé en mangeant des aliments considérés  »non-paléo ».    Peu importe ce que vous aurez lu des fanatiques purs et durs dans la paléosphère.

Manger selon le modèle paléo est un choix que l’on fait, chez nous, pour nous et dans une liberté qui nous appartient.

La Règle du 80/20

C’est un choix qui est en évolution et qui peut être modifié selon nos expériences de retrait/réintroduction d’un aliment et d’observation de notre corps qui réagit, ou pas.  On l’applique dans le format 80/20, comme dans nos vies en général d’ailleurs (je parle de mon conjoint Mike et moi).

 


 

Mais, sérieux, je les ai toutes entendu ces questions :

  • est-ce qu’un homme des cavernes mangeait ça?
  • est-ce que les noix de coco était disponibles aux hommes des cavernes nordiques?
  • comment ça, on mange pas paléo? (durant une fête organisée avec un bon groupe de gens)

Pour moi, le paléo est un point de départ sur lequel on peut ensuite bâtir.  Peu importe ce que les hommes primitifs mangeaient, ce qui compte, c’est de choisir des aliments qui nous font sentir bien au long terme (pas juste les papilles), ne nous rendent ni dépendants ou pire, malades.

Ce qui importe aussi, c’est d’avoir l’ouverture d’évoluer vis-à-vis ce qu’on choisit de manger.  Expérimenter!

 

Interaction et Réalité

Mais, chose hyper importante, cela veut aussi dire qu’on mange non-paléo quand on va au resto, qu’on est reçus chez des amis ou qu’on invite des gens à la maison.  (vous achèteriez bio, vous, à un groupe de 25 personnes qui vont manger des produits transformés le lendemain?)

Ce projet de blog me permet de partager mes expériences alimentaires et culinaires avec ceux qui sont en quête de santé par la bouffe.

Perso, j’essai d’éviter le lactose car mes sinus se bloquent à chaque fois.  Je mange le moins de grains modernes possibles parce que mon ventre enfle et c’est  vraiment désagréable (merci inflammation, cet été, j’expérimente le trempage de certains grains anciens pour te déjouer).   Je mange le moins souvent possible de chips au vinaigre, parce que je ne peux m’arrêter (arrrgghhh!) et que mon énergie prend alors l’ascenseur jusqu’au 3e sous-sol.

D’un autre côté, mon complice Mike n’a pas la même réaction avec le lactose.  Ma fille et son copain ne mangent pas de noix/arachides (vu une allergie sévère).  Mes 2 beaux-fils ont pour objectif de sculpter leurs corps en mangeant de la protéine six fois par jour.

Mon point?

Nous avons tous une réalité alimentaire différente.  Certains individus ont très bien vécu en ne mangeant que de la viande toute leur vie (eskimos).  Il y a même un homme qui a manger uniquement des pommes de terre durant 2 mois, est resté en santé et surprise, a perdu 21 livres !

 

Et alors?

Clarifions cette question pour que vous puissiez décider si mon espace web vous plait, ou n’est pas pour vous.

Quand je choisis ce qu’il y a dans mon assiette, je survole rapidement 3 points.  Est-ce que cet aliment me donnera :

  • des sinus barricadés + mal de tête?
  • un ventre de femme enceinte?
  • une énergie de bas zzz-étage?

Et la, je prends une décision consciente.  Parfois, je décide de manger du lactose ou de prendre de l’alcool, avec les conséquences que je connais – aucune victime ici!

Il n’existe pas de liste d’aliments approuvés pour les humains.  Ça n’existe pas!  Tout le monde a des sensibilités alimentaires différentes.  Et je ne parle même pas d’allergies.

OK, certains aliments sont plus dévastateurs que d’autres pour notre  »sac de cuir » humain et les organes vitaux qui s’y retrouvent.

Je parle de ces aliments qui nous font du tort, ces coupables qui nous rendent complètement accrocs.  Qui font en sorte qu’on mange trop au repas.  

Ou qui nous tiennent réveillés le soir et nous rendent impossible la levée du corps au matin (débalancement hormonal).  

Ça sonne familier?

Mais je ne diagnostique personne, je ne fais que partager mes propres expériences et lectures.  En tant qu’auto-didacte, je suis à l’affut de ce qui fonctionne pour nous ou pas et je le partage.

Sommes-nous le match parfait?

Ce que vous trouverez sur mon espace web sont les confessions d’une  »gourmette » qui trippe à essayer 

  • des recettes;
  • des trucs pour sauver du temps;
  • des jeûnes intermittents;
  • des détox aux jus extractés;
  • des gagdets cuisine et 
  • des techniques culinaires que je ne connaissais pas (je suis une cheuf-maison comme dirait Mike!)

Et tout ça, pour augmenter notre énergie et améliorer notre bien-être.

À vous de trouver ce qui fonctionne pour vous.

Je ne vous dirai pas quoi manger ou ne pas manger; à moins que vous ne me le demandiez en coaching ou qu’on soit dans le milieu d’une énergique discussion passionnante sur la bouffe, et que je vous donne  mon avis.

Mais ce n’est qu’un avis.

Basé sur mon expérience personnelle en paléo 80/20.

 

Et j’utilise le mot paléo parce que c’est ce que j’applique à 80% du temps et que ça permet aux gens de me trouver sur le web (it is a business after all! excusez mon anglais).

Recette Paléo ou Pa-Paléo?

Donc, sur ce site vous allez trouver des recettes qui sont très souvent

  • sans gluten;
  • sans grains modernes;
  • sans lactose;
  • sans sucre raffiné;
  • et surtout, sans produits transformés.

Occasionnellement, vous trouverez des

  • speudo-grains (riz blanc, quinoa, sarrazin, millet);
  • pommes de terre blanches;
  • légumineuses qui ont trempées et;
  • du fromage de chèvre et de brebis (nourri à l’herbe)

Rarement (voici le 20%), vous trouverez

  • du fromage sans lactose et bio ainsi que
  • des grains ancients ou des pâtes

Ce n’est pas que je porte jugement sur ces aliments ou les gens qui en mangent.  C’est simplement qu’ils ne répondent pas à mes critères, créent une dépendance et/ou causent de l’inflammation (sinus, ventre, yeux craqués rouge, douleurs tendons, etc.).

Je découvre tellement de conséquences négatives de l’inflammation chronique silencieuse (dans le sens que vous ne savez même pas que vous l’avez) et qui sont reliées à plusieurs maladies.  Difficile de continuer à en manger à tous les jours.   Voilà la provenance du 80/20.

(…ah oui, et aussi parce que, après tout, c’est mon site web et que j’en fais ce que je veux! héhéhé )

Conclusion

Je n’adhère pas au fait que les grandes entreprises alimentaires décident du choix de mes ingrédients.  Mon constat est que, plus on cuisine avec des aliments provenant de la nature, plus on se dirige vers la facilité à être en santé.

Avez-vous déjà scruter la liste d’ingrédients de vos produits transformés?  

J’opte plutôt pour cuisiner des pommes, des oeufs ou des noix crues; elles n’ont pas de liste d’ingrédients!

Finalement, ma confession étant terminée, vous pourrez me retrouver soit à la cuisine à méditer sur une nouvelle recette, sinon au jardin à cueuillir quelques fleurs, ou à dessiner au graphite avec ma fille, ou au gym à suer sur le tapis roulant ou encore à discuter spirituel et projets d’auto-suffisance avec mon complice de vie ♥. 

Au plaisir de partager un bout de chemin ensemble !

Johanne


Le paléo vous intéresse, mais avez besoin d’aide?  Lisez-ceci